Contactez-nous

Cet e-mail est protg contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

05 53 40 00 38

Michel ZORDAN

la boutique

Accs la boutique d'un auteur du Sud-ouest
Voir le panier
Votre panier est actuellement vide.

Ebooks 2,99

loccitaina_les_voleurs_de_royaume150.jpg

gaillard_seigneur_de_saint-cirq150.jpg

la_villa_du_truand150.jpg

 

les_trois_faces_du_miroir150.jpg

 

Espace pro

PDFImprimerE-mail
1) les Raisons de l'exil3) Les Prmices

2) L'insolence du sort
Agrandir l'image


2) L'insolence du sort

Prix l'unit (pice): €10.00

Poser une question sur ce produit

Collection les Exils de L'Arcange volet 2 - Nous sommes en aot 1932, bien installs dans notre ferme de LArcange, nous pouvons enfin goter une existence devenue paisible. Malheureusement, aprs le ciel bleu, viennent souvent les nuages, parfois mme lorage. Tout au long de ce deuxime tome, je me suis souvent pos les mmes questions. Pourquoi le hasard a-t-il voulu que je me trouve, au mauvais endroit, au mauvais moment ? Mais le hasard, le sort ou le destin, est-il seul responsable ? Pourquoi, malgr les milliers de kilomtres qui nous sparent de nos ennemies dhier, ceux-ci sacharnent-ils ? Vous avez peut-tre remarqu, que quelques fois, lorsquon se trouve en zone de turbulence, de petits bonheurs viennent saupoudrer votre quotidien, et le rendent un peu plus vivable. Et lun des ces petits bonheurs, est une rencontre qui me marquera pour la vie.

Extrait chapitre premier La cabane dans le tonneau

Je lai vu, madame, je lai vu! L-bas, dans le chai!

Calmez-vous Lisette. Que se passe-t-il? Qui avez-vous vu?

Sadressant liette Clment Autun, la matresse du chteau Tourne Pique, la bonne essayait de lui expliquer ce quelle venait de dcouvrir. Mais elle balbutiait; dans sa bouche, les mots sentremlaient et ses propos taient incohrents.

liette lui demanda de reprendre son rcit plus calmement.

Madame, je sais qui a enferm Sylvio dans la cuve! Il vient de recommencer, je lai vu!

Mais qui donc avez-vous vu?

Lisette narrivait pas se calmer.

Vite, venez voir, venez voir!

Pour nous faire de largent de poche, Marita et moi, Sylvio, nous nous tions ports volontaires pour extraire des parois des cuves vin du chteau Tourne Pique le tartre qui sy tait form. Ce tartre, ensuite rcupr par Monsieur Ramirez, le ferrailleur, tait revendu lindustrie chimique. Dans la soire du 1eroctobre 1930, alors que je travaillais seul, malgr linterdiction formelle de mon pre, un individu mavait volontairement enferm dans lune de ces cuves. Celle-ci contenait encore du vin quelques jours auparavant, et le gaz acide carbonique qui pouvait y subsister aurait pu provoquer ma mort. Cette affaire, aprs celle de lincendie crapuleux de nos champs et de notre vigne, avait fait grand bruit. Lenqute de gendarmerie navait jamais abouti mais, depuis ce jour-l, un mystrieux individu svissait rgulirement. Papa et le matre de chai, Alphonse Diodin, retrouvaient de temps autre des cuves vides dont les portes avaient t fermes. Le risque dy piger et dy laisser mourir un ouvrier tait toujours possible. Plusieurs personnes, dont une en particulier, avaient t suspectes mais aucune preuve formelle navait jamais pu tre retenue contre elles.

Ce vendredi 19aot 1932, Lisette, la bonne du chteau, la recherche du petit douard, venait enfin dapercevoir le coupable qui rcidivait. Bouleverse par cette dcouverte, elle tait repartie en courant vers le chteau pour avertir liette Clment Autun.

Sans perdre un instant, les deux femmes se dirigrent dun pas rapide vers le chai. Arrives devant la porte, elles savancrent prcautionneusement vers les cuves. Celui qui avait t baptis, par le matre de chai Alphonse Diodin, le portier malfaisant tait toujours l, il parachevait son forfait. liette devint livide: quelques mtres delle, son fils, le petit douard, refermait consciencieusement la porte de la dernire cuve. Imperturbable, il repoussait la vis de blocage, tout en serrant lgrement lcrou. Lpouse du capitaine voulut se prcipiter, mais elle se ressaisit aussitt. Pour son fils, ce ntait quun jeu, il voulait tout simplement reproduire les gestes des ouvriers ou du matre de chai. Et rien ne prouvait que ce soit lui qui avait enferm Sylvio.

Si elle voulait connatre la vrit, il ne fallait surtout pas le brusquer. Elle savana tranquillement vers douard.

Alors mon chri, cest quoi ton jeu?

Je fais comme Monsieur Alphonse, je ferme les cuves pour mettre du vin.

Rapidement, et tout en discutant avec son fils, liette Clment Autun, aide de Lisette, refaisaient le travail du petit douard, mais en sens inverse. Une une, toutes les portes des cuves furent rouvertes. liette prit son fils par la main et ils repartirent vers le chteau. Sans en avoir lair, elle entreprit dinterroger le petit garon qui, lpoque des faits, navait que cinq ans. Mais douard tait trs turbulent et plutt aventureux pour son ge. Il pouvait parfaitement tre lauteur de ce regrettable incident. Tranquillement, sans se prcipiter, elle lui posa des questions:

Depuis combien de temps as-tu dcouvert ce jeu? Est-ce que tu y joues souvent?

Aprs quelques minutes, lpouse du capitaine sembla convaincue: ctait bien son fils, le petit douard, qui avait enferm Sylvio dans la cuve. liette savait o trouver milio: le pre de Sylvio participait au battage chez Antoine Letmoin, aux Sorbires. Elle partit sans attendre vers la ferme.

Perscute par des lments fascistes, notre famille avait t contrainte de sexpatrier en France. Avec dchirement, nous avions laiss en Italie notre maman et nos grands parents, tous trois dcds tragiquement au cours de lanne 1929. Le 2fvrier 1930, avec papa et Marita, ma grande sur, nous avions foul pour la premire fois le sol de France. Je ntais alors g que de huit ans, et ma sur de onze. Notre pre avait obtenu un travail douvrier agricole au chteau Tourne Pique, grande proprit situe dans la petite bourgade de Floral. notre arrive en Gascogne, nous avions t pris en charge par Aristide Clment Autun, capitaine dans larme. Celui-ci avait, quelques mois plus tt, hrit de son oncle Isidore Clment, du chteau Tourne Pique, reconstruit au dbut du xixesicle, et de ses sept mtairies.





Avis des clients:

Il n'y a pas encore de commentaire sur ce produit.
Veuillez vous identifier pour poster un commentaire.


Copyright www.unauteur.com - reproduction interdite sans l'accord des propritaires ou ayants-droits ---- Retour la page Accueil de www.unauteur.com